• souris bleue

     C'est
    l'histoire d'une petite souris.

    Toutes les souris sont petites, me direz-vous.


    Enfin, celle-là vous tapait dans l'oeil à la
    seconde.


    Car ni une ni deux, ni grise ni verte,


    Elle était bleue !


    Fille du ciel et de la montagne (accouchement sans douleur),


    Ma souris (elle m'appartient un peu comme cette
    histoire) trottait.


    Elle trottinait, plutôt, sur ses pattes fines et
    agiles.


    Quittant le flanc de la montagne, sa mère
    immobile,


    Filant sous les nuages gris (eux) à l'abri des
    yeux de son père céleste,


    La souris bleue filait en ligne droite.


    La souris bleue filait un mauvais coton : elle
    voulait voir la mer.




    Des jours de trottinage. Des mois de
    trottinage.


    Sous les pattes, des cailloux.


    Sous la dent quelques noix de cajou.


    Et la mer toujours loin, qui se dérobait.


    Triste, la souris bleue avait le blues ; l'âme
    grise, diront les plaisantins.


    Les nuages se mirent à pleurer.


    Sous un arbre sombre, la souris bleue aussi laissa
    quelques larmes.


    Puis s'endormit.


    Dans son rêve, la souris bleue trottinait
    encore.


    Dans son rêve, le chemin s'arrête.


    Le chemin meurt devant une rivière – verte, la
    rivière.


    Et la rivière chuchote à la souris bleue (une
    rivière qui parle ? C'est un rêve, n'oubliez pas).




    La rivière dit : pourquoi es-tu triste, souris
    bleue ?


    La souris bleue dit : la mer est si loin et le
    chemin se perd.


    La rivière dit : pourquoi veux-tu voir la mer
    ?


    La souris bleue dit : je veux connaître sa
    couleur.


    La rivière dit : la mer est bleue, comme toi,
    comme ton père le ciel.


    La souris bleue dit : est-elle grande ?


    La rivière dit : je suis la mère de la mer. Je
    suis verte et elle est bleue. Je suis petite et elle est immense, comme ta mère,
    la montagne.




    Un rayon de soleil frappa le museau de la petite
    souris bleue.


    Elle se réveilla dans un frisson.


    La souris bleue sourit (oui, les souris sourient,
    c'est comme ça).


    Elle leva les yeux au ciel et vit le ciel.


    Son père souriait (oui, le ciel sourit aussi, mais
    seulement à ses enfants).


    Au-dessus des arbres, la souris bleue vit aussi la
    montagne.


    Sa mère souriait (oui, les montagnes sourient,
    mais seulement à leurs enfants).




    La souris bleue avait trottiné pendant un an.


    Et son père, si bleu, était toujours avec elle.


    Et sa mère, si grande, gardait les yeux sur
    elle.


    Le coeur de la petite souris bleue était rouge et
    plus grand que la mer.


    Comment expliquer tout cela ?



  • Commentaires

    1
    Montestaure
    Vendredi 9 Décembre 2005 à 10:40
    rien
    La petite souris bleue est un trésor de sagesse, son ascendance y veille.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :