• la barque chavire


    La rive
    dérive
    arrive sous le mûrier et ses feuilles sombres.
    La rivière immobile ouvre un oeil. Marron et translucide.
    Passe un pêcheur aux pieds plantés dans la glaise. Vide.
    Bredouille. Les poissons dorment aussi.
    Et le train, au loin, qui hurle. Qui va on ne sait où.
    La rive dérive, l'âme liée aux amarres vertes et glissantes d'un ponton de bois.
    Et la barque chavire.
    Et l'on rit de guingois.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :