• cracheur de mots



    Comme une feuille en deuil,

    Grillée, battue au sol,

    Craquelante et soumise

    Au vent venu du Nord,

    Mon âme sent la faux.

    O saisons, ô fardeaux,

    Lourds, sous la pluie lourde,

    Glissez donc au ruisseau.

    La lumière froide

    Cache l'ombre d'hier,

    S'éteint, sans pudeur,

    Dans l'infinie lenteur du souffle ultime d'un cracheur de mots.



  • Commentaires

    1
    PoM
    Mardi 14 Juin 2005 à 21:08
    Hommage
    ici.
    2
    PoM
    Mardi 14 Juin 2005 à 21:25
    Hommage
    ici. http://pom.blogg.org/billet-170413.html
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :