• A Marc Faivre, l'ami non retrouvé



    Rêver d'un ami disparu au coin d'une rue, un jour d'hiver.


    Avec les grands immeubles qui mataient, indifférents, les valises au pied d'un homme seul.


    Rêver d'horribles retrouvailles au coeur d'un nouveau monde immonde.


    Avec les avions qui rugissent et déchirent un ciel rougi.


    Avec nos idéaux en lambeaux et les yeux pour pleurer sur nos âmes
    séparées, pour chialer sur des millions de souvenirs non partagés.


    Avec des enfants qui crient autour de nos vies tourneboulées.


    Avec les tourments futiles qui ont volé nos énergies année après année.


    Avec rien à se dire, tout à jeter au trou noir de nos amours ordinaires.

    Avec l'espoir vain de tout recommencer, de reprendre à zéro nos
    humeurs synonymes, écrasées désormais au fond de nos poches lacérées.


    Avec l'amitié pour seul bagage.






  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Septembre 2006 à 16:52
    Ben voilà...
    ... maintenant c'est fait ! Si j'avais su... (et ne rajoute pas "j'aurais pas v'nu"...!) Biz Bien à toi Avec mon amitié (pas retrouvée parce que pas perdue)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :